CHÂTEAU MONTROSE

La véritable histoire de Montrose commence en 1815 et sera marquée en deux siècles par trois familles de propriétaires. C’est à cette date que le vignoble est planté par Étienne Théodore Dumoulin, « le pionnier », qui eu tout de suite l’intuition que cette lande, propriété de sa famille à l’époque, permettait de faire pousser la vigne et de produire de grands vins. Le classement officiel de Château Montrose en 1855 signe la naissance d’un Grand Cru, une consécration d’autant plus spectaculaire pour un vignoble d’à peine 40 ans. Fort de cette réussite, Étienne Théodore Dumoulin poursuivra alors l’agrandissement du vignoble qui atteindra 95 hectares, sa surface actuelle, lors de sa disparition en 1861.

En 1866, l’industriel alsacien Mathieu Dollfus, « le bâtisseur », reprend les rênes de Montrose et apportera ce que techniquement l’on peut faire de mieux à l’époque de la vigne au chai. Cet entrepreneur visionnaire sera aussi un précurseur en matière de ressources humaines et sauvera le vignoble de Montrose du fléau du phylloxéra grâce à l’installation d’une éolienne qui pompe l’eau souterraine et immerge les terres, un des symboles aujourd’hui de Montrose. 


Dans cette même lignée, la famille Charmolue va guider la propriété sur la voie de la stabilité et l’excellence de 1896 à 2006 en produisant des millésimes de légende y compris les années difficiles et malgré une sévère crise économique et deux conflits mondiaux. A partir de 1960, Jean-Louis Charmolue, « le gestionnaire » replante le vignoble et modernise les installations, confortant la position de Montrose au rang des plus Grands Crus classés du Médoc. Château Montrose appartient aujourd’hui aux frères Martin et Olivier Bouygues, grands amateurs du cru.

Le vignoble de 95 hectares d’un seul tenant autour du Château, des chais et bâtiments d’exploitation, est doté de richesses naturelles incontestables assorties d’atouts cultivés au fil des siècles. Le terroir de Montrose est formé de « noyaux d’élite »: un empilement géographique complexe de plusieurs millions d’années favorisant le drainage naturel, composé de graves profondes sur sous-sol riche en argile, propice à la production d’un Grand Cru.
Sa position dominante, à proximité de l’estuaire de la Gironde faisant office de régulateur naturel, lui confère une situation très privilégiée. Il en résulte un Grand Vin structuré, tannique, doté d’une grande finesse et d’élégance, qui développe un bouquet délicat et complexe en vieillissant, avec un fort potentiel de garde.

Encépagement : 60% cabernet-sauvignon, 32% merlot, 6% cabernet-franc et 2% petit verdot

Affichage 1-1 sur un 1 de produit(s)